Raoul a plein de théories sur le mariage.

Il en avait développé une ici : pas de mariage, pour personne, jamais.

D'ailleurs, une récente intervention sur France culculture lui a réjoui les oreilles :

Raoul est contre le quotient familial, source de défiscalisation éhontée, et France culcul en a récemment rajouté une couche en indiquant que le mariage en lui même était source de defiscalisation, les mariés de revenus différents étant moins imposés que les célibataires en union libre de même revenu. L'argument qu'a adoré Raoul était que l'on peut tolérer une politique familiale en faveur des enfants, donc des réductions fiscales pour les familles avec enfant (solidarité de l'ensemble des familles vers les familles avec enfant) : ca revient à de la solidarité de l'ensemble de la société pour ses futures retraites ; ca profite donc (un peu) à tout le monde. En revanche, le principe des allègements fiscaux aux couples mariés à revenus dispersés, c'est un peu la solidarité de l'ensemble de la société, donc les célibataires inclus, vers les couples mariés, ce qui est moins compréhensible. Ca subventionne un truc contre lequel on se bat , c'est à dire les femmes à la maison, les hommes blindés de boulot et de thune.

Bref, Raoul trouvait encore un nouvel argument contre la politique familiale encore en vigueur, visant à favoriser le mariage, alors que ca sert à rien.

Donc, l'idée de base de Raoul, c'est que la cellule couple, fiscalement, ca devrait apporter des bonus que s'il y a des gosses, et de façon égalitaire pour les gosses pauvres et pour les gosses riches. Sinon, tout le monde devrait déclarer sa thune indépendemment. 

Pour le reste, deux solutions :

1. On remplace le mariage par le PACS pour tous les autres trucs (succession basée sur des testaments systématiques que les gens rédigent en tout connaissance de cause, sécurité du conjoint survivant en cas de domicile loué, enfants, filiation, etc.). Bref, on responsabilise les gens qui décident de s'unir, en les obligeant à rédiger leur contrat d'union = ca fait réfléchir. Le mariage, on le laisse aux gens qui se font des bisous devant leur Dieu (qui, tout à fait entre nous, doit s'en tamponner sévère, mais bon), et on supprime le mariage civil.

2. Ou alors, pour éviter la polémique et les types à moitié à poil dans la rue avec des pantalons de couleur ridicules (les gars masqués avec des brushings = HOMMENs), et on garde le mariage pour tous (trop de galères pour l'obtenir), mais on sucre tous les avantages fiscaux. Le mariage, c'est l'amour, les gosses, la reconnaissance de l'Etat sur une union, mais c'est tout. Les impots, NEIN.

C'est tout ce que je souhaite à Grande Soeur qui marie sa chérie.

Pour illustrer ce billet, un aperçu de la position métaphysique de miochette, que je résumerai pour la part par "jusqu'à quand ?" :

130618 image 1

des gros nichons, pas d'amoureux(se), des fautes d'orthographe = le mariage de Nabila